L’enquête de l’AMC sur les restrictions de concurrence concernant les navigateurs – (notre blog d’information) Blog

Lenquete-de-lAMC-sur-les-restrictions-de-concurrence-concernant-les
Lenquete-de-lAMC-sur-les-restrictions-de-concurrence-concernant-les

Le 22 novembre 2022, la CMA a lancé une enquête de marché sur les jeux en nuage et les navigateurs mobiles. Dans cet article, je me concentre sur cette enquête en ce qui concerne les navigateurs mobiles. Ce blog a déjà abordé le cloud gaming dans un article précédent, et nous reviendrons sur le sujet à l’avenir.

Les enquêtes de marché de la CMA doivent généralement être conclues dans un délai de 18 mois à compter de la date à laquelle la référence est faite. Ils examinent s’il existe des caractéristiques d’un marché qui ont un effet négatif sur la concurrence (« AEC »), auquel cas la CMA a le pouvoir d’imposer ses propres remèdes aux entreprises et elle peut également faire des recommandations à d’autres organismes tels que les régulateurs sectoriels ou le gouvernement. Une enquête de marché est donc un instrument puissant.

Dans le rapport final de son étude de marché sur les écosystèmes mobiles (le «rapport final»), la CMA a consacré un chapitre complet à la «concurrence des navigateurs mobiles et des moteurs de navigateur mobiles» (chapitre 5), dans lequel elle a identifié une variété de problèmes de concurrence qui devrait être abordé. Les conclusions de la CMA ont été largement étayées par les observations faites par des tiers. Une analyse plus approfondie est fournie à l’annexe F du même rapport.

Les navigateurs sont l’une des applications les plus importantes et les plus utilisées sur les appareils mobiles et ils représentent une passerelle essentielle pour accéder au Web sur ces appareils. Les navigateurs comprennent deux éléments : (i) un moteur de navigation, qui transforme le code source Web en pages Web et (ii) une interface utilisateur, qui est responsable des fonctionnalités destinées à l’utilisateur. Le contenu Web est également accessible via les navigateurs intégrés à l’application native, qui peuvent par exemple être trouvés dans les applications de chat ou les réseaux sociaux.

Chrome ou Safari sont généralement préinstallés et définis par défaut lors de l’achat sur les appareils mobiles, ce qui donne à Apple et Google un avantage important sur les autres fournisseurs. Les navigateurs sont également généralement livrés avec un moteur de recherche par défaut, qui est la principale source de monétisation des navigateurs, soit parce que le fournisseur du navigateur possède un moteur de recherche (par exemple, Google Chrome) ou vend la recherche par défaut (par exemple, Apple ou Mozilla).

Dans son rapport final, l’AMC a fait les constatations importantes suivantes :

Premièrement, le marché des navigateurs est un duopole efficace. La part combinée de l’offre pour les navigateurs d’Apple et de Google sur les appareils mobiles au Royaume-Uni est d’environ 90 %. De plus, en 2021, 97 % de toute la navigation Web mobile au Royaume-Uni a été effectuée au-dessus du moteur de navigation d’Apple (WebKit) ou de Google (Blink). En conséquence, Apple et Google jouissent d’un pouvoir de marché substantiel dans les navigateurs mobiles et les moteurs de navigation. C’est une source de préoccupation.

Deuxièmement, l’exigence d’Apple selon laquelle tous les navigateurs sur iOS utilisent son moteur de navigation WebKit est problématique :

  • Apple dicte efficacement les fonctionnalités que les navigateurs sur iOS peuvent offrir. Cela empêche les navigateurs concurrents de se différencier de Safari sur des facteurs tels que la vitesse et la fonctionnalité. En conséquence, Safari fait face à moins de concurrence.
  • Comme WebKit est à la traîne par rapport aux autres moteurs de navigateur en termes de fonctionnalités de développement qu’il prend en charge et de performances et de fonctionnalités destinées à l’utilisateur, il limite la capacité de tous les navigateurs sur les appareils iOS, privant potentiellement les utilisateurs d’iOS d’innovations utiles dont ils pourraient autrement bénéficier.
  • Apple inhibe la fonctionnalité des applications Web (sites Web ressemblant à des applications natives), ce qui augmente les coûts des développeurs, prive les consommateurs d’applications innovantes et limite la contrainte concurrentielle que les applications Web pourraient exercer sur les applications natives (ce qui est ironique étant donné qu’Apple et ses avocats soutiennent souvent que Apple n’a pas de pouvoir de marché sur le marché de la distribution d’applications sur les appareils iOS car l’App Store est limité par la disponibilité des applications Web).

Alors que la restriction du WebKit d’Apple profite à Apple, la CMA a estimé qu’elle entrave la concurrence et l’innovation au détriment des utilisateurs.

Troisièmement, les justifications d’Apple pour la restriction WebKit, qui sont (comme d’habitude) basées sur des considérations de sécurité et de confidentialité, manquent de crédibilité. La CMA estime que, selon les témoignages d’experts en sécurité qu’elle a consultés, l’interdiction par Apple d’utiliser des moteurs de navigation alternatifs n’est pas nécessaire pour assurer une navigation sécurisée. À certains égards, l’interdiction pourrait également s’avérer potentiellement préjudiciable à la sécurité, dans la mesure où elle limite la concurrence pour améliorer la sécurité.

Quatrièmement, certaines fonctionnalités disponibles pour Safari ne sont pas disponibles pour les autres navigateurs mobiles sur les appareils iOS. Cela limite encore une fois la capacité des autres navigateurs à concurrencer Safari.

Sans surprise, Apple a rejeté les conclusions du rapport final dans sa réponse à la consultation de la CMA sur une référence d’enquête de marché (« MIR ») pour les navigateurs mobiles et les jeux en nuage, alléguant que les preuves montrent que, « en ce qui concerne les navigateurs mobiles, WebKit et Safari a été le pionnier de l’innovation, a amélioré le choix des utilisateurs et a suscité des réponses de la part des concurrents ». Apple a également fait valoir que les conclusions qui sous-tendent la proposition de la CMA « sont fondées sur une analyse partielle et erronée des preuves soumises à la CMA lors de l’étude de marché ».

Cette soumission n’a apparemment pas réussi à impressionner l’AMC et était directement en contradiction avec les soumissions de multiples acteurs du marché. En particulier, la vaste soumission d’Open Web Advocacy – qui vaut vraiment la peine d’être lue – a observé que « Au cours de la dernière décennie, le sous-financement sévère du navigateur Safari d’Apple combiné à une interdiction des navigateurs concurrents sur iOS a supprimé la pression concurrentielle et a entraîné l’absence d’une plate-forme instable. fonctionnalité essentielle garantissant que seules les applications natives spécifiques au fournisseur sont compétitives. L’intervention est essentielle non seulement pour l’avenir de la concurrence entre les navigateurs, mais aussi pour fournir une plate-forme de développement et de distribution d’applications gratuite, ouverte, universelle et interopérable.

Dans sa décision de renvoi d’établir un MIR, la CMA observe que l’examen des quatre critères définis dans ses orientations sur l’élaboration des MIR – l’ampleur du problème suspecté, la disponibilité de solutions appropriées, la disponibilité d’engagements en lieu et place d’un marché de référence , et la présence de pouvoirs alternatifs à la disposition de la CMA ou des régulateurs sectoriels – justifiait la réalisation d’un MIR.

Nous notons qu’un MIR permettra à la CMA de fournir des résultats plus rapides qu’à travers le régime DMU considérant que la CMA attend toujours les pouvoirs qui lui permettront d’adopter des codes de conduite et des interventions pro-concurrence, bien que nous ayons récemment entendu des nouvelles positives. Quoi qu’il en soit, l’AMC utilisera probablement le MIR pour jeter les bases du prochain régime DMU en ce qui concerne les navigateurs mobiles.

En ce qui concerne les mesures correctives, la décision de référence suggère que les mesures potentielles pourraient inclure : la suppression des restrictions d’Apple sur les moteurs de navigation concurrents sur les appareils iOS ; rendre obligatoire l’accès à certaines fonctionnalités pour les navigateurs (y compris la prise en charge des applications Web) ; obliger Apple et Google à fournir un accès égal aux fonctionnalités via des API pour les navigateurs concurrents ; des exigences qui permettent aux utilisateurs de modifier plus facilement le navigateur par défaut dans les paramètres de leur appareil ; et des écrans de choix pour surmonter les effets de distorsion de la pré-installation.

L’AMC ne perd pas de temps car presque immédiatement après le lancement de son MIR, elle a commencé à envoyer des demandes d’informations à ce qui semble être de nombreuses entreprises concernant leur dépendance aux navigateurs.

Bien sûr, le MIR de la CMA n’est pas le seul souci pour Apple et Google car la loi sur les marchés numériques contient également une série d’obligations (liées au navigateur), et il ne fait aucun doute qu’ils seront désignés comme des gardiens par rapport à leur navigateur Web. prestations de service.

Comme indiqué ci-dessus, les navigateurs sont des passerelles essentielles permettant aux utilisateurs d’accéder au Web. Plus de concurrence et d’innovation dans ce secteur apporteront des avantages significatifs à chacun d’entre nous.

Un dernier mot. Bien que je sois convaincu que le MIR couvre les navigateurs et les jeux en nuage, je suis déçu qu’il ne couvre pas le cadre de transparence du suivi des applications (« ATT ») d’Apple, qui n’est rien d’autre qu’un moyen cynique pour Apple de détruire sous couvert de confidentialité la capacité des développeurs d’applications à monétiser leur contenu grâce à la publicité ciblée au moment même où Apple développe sa propre activité de publicité mobile. Dans la mesure où Apple ne s’applique pas les mêmes restrictions qu’aux autres, elle fait actuellement l’objet d’une enquête par les autorités de la concurrence française, allemande et polonaise. Compte tenu des conclusions de la CMA dans son rapport final, qui sont essentielles pour Apple (voir en particulier l’annexe J), ​​il est décevant que la CMA n’enquête pas plus avant sur la question (du moins pour l’instant).

Photo de Dan Nelson sur Unsplash

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accept
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
rnib.fr Photo de la page Dispositions légales

Politique de confidentialité:

Contenu embarqué à partir de sites tiers:

Les posts de ce site sont susceptibles d'enfermer des informations constituées (par exemple des vidéos, images, papiers…). Le contenu emporté depuis d’autres sites se compose de façon comparable que si le visiteur fréquentait cet autre site.Ces sites internet ont la possibilité de collecter des datas au sujet de vous, user des cookies, embarquer des moteurs de suivis extérieurs, conserver vos interventions avec ces datas prises si vous disposez d'un compte relié sur leur site web.

Cookies:

Lorsque vous déposez un texte sur ce site, vous devrez enregistrer votre nom, e-mail et site dans des cookies. Ce sera uniquement avec pour objectif de votre facilité d'utilisation afin de ne pas devoir à saisir ces données si vous enregistrez un nouveau texte ultérieurement. Ces cookies expirent au terme d’un an.Dans les cas où vous visitez la partie de l'enregistrement, un cookie temporaire va se activé pour diagnostiquer si votre terminal accepte les cookies. Cela ne contient pas de datas privées et sera ôté obligatoirement à la fermeture votre programme de navigation.Quand vous accédez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour identifier vos données de connexion et vos options d’écran. L'espérance de vie d’un cookie de connexion est de moins de 3 jours, celle d’un cookie de navigation est de l'ordre de l'année. Au cas où vous cochez « Se souvenir de moi », le cookie de connexion sera pérennisé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre espace personnel, le cookie de login sera radié.En modifiant ou si vous diffusez une publication, un cookie de plus sera établi dans votre browser. Ce cookie n'est constitué d'aucune identification secrète. Il signifie simplement l’ID de l'article que vous venez de corriger. Il expire au bout de quelques heures.

Les droits que vous avez sur vos données:

Dans les cas où vous détenez un espace personnel ou si vous avez écrit des textes sur le site, vous avez la possibilité de réclamer à décrocher un fichier enfermant toutes les données privatives que nous détenons à propos de vous, comprenant celles que vous nous avez communiquées. Vous avez le droit également de demander la suppression des informations privatives vous concernant. Cette procédure ne prend pas en compte les données sauvegardées à des fins de gestion, légales ou afin de sécurité.

Les contenus:

Lorsque vous envoyez des photos sur le site, nous vous conseillons de vous abstenir de téléverser des icônes introduisant des tags EXIF de coordonnées GPS. Les personnes explorant ce site ont la possibilité de télécharger des datas de détection à partir de ces médias.

Durées de mémorisation de vos données:

Lorsque vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont retenus éternellement. Ce process suppose de diagnostiquer et acquiescer mécaniquement les textes suivants plutôt que de les transmettre dans la liste du modérateur.Dans les cas où les espaces personnels qui s’identifient sur le site (au cas où), nous stockons pareillement les datas individuelles exposées dans leur page personnel. Tous les espaces individuels savent voir, modifier ou supprimer leurs données privatives à tout moment. Les responsables du site savent aussi intervenir sur ces données.

Déposer des commentaires sur ce site:

Lorsque vous écrivez un commentaire sur ce site, les informations reproduites à l'intérieur du formulaire visible sur l'écran, mais aussi votre adresse IP et l'information utilisateur de votre logiciel de navigation sont mémorisés avec pour objectif de nous aider à repérer des textes interdits.

CGU normalisées à la RGPD

Divulgation de vos données personnelles:

Tous textes des utilisateurs pourront être authentifiés au moyen d'un travail robotisé de découverte des commentaires indésirables.

Maniement et cession de vos informations individuelles:

Si vous demandez une désactivation de votre password, votre IP sera comprise dans l’e-mail de purge.

Save settings
Cookies settings