Défense de ‘De Minimis’ en matière de propriété intellectuelle en Inde

Defense-de-De-Minimis-en-matiere-de-propriete-intellectuelle-en
Defense-de-De-Minimis-en-matiere-de-propriete-intellectuelle-en
Image de Mohamed Hassan de Pixabay

Le principe « de minimis » est un principe de common law dérivé de la maxime latine «Non-Curat Lex’ de De Mimimi, ce qui signifie essentiellement que la loi ne s’occupe pas des questions très petites ou insignifiantes, ni ne les prend en compte, et n’exige donc pas de contrôle judiciaire. Ce principe n’a pas été statutairement reconnu par la plupart des pays du monde ; cependant, il a été reconnu par les tribunaux indiens. Le premier jugement indien à appliquer le principe « de minimis » dans le domaine de la propriété intellectuelle a été la décision de la Division Bench de la Haute Cour de Delhi en 2012 dans l’affaire de India TV Independent News Service Pvt. Ltd & Ors. contre Yashraj Films Private Limited. Une décennie après ce jugement, un seul juge de la Haute Cour de Bombay a encore fait avancer la jurisprudence en la matière, dans l’affaire de Shemaroo Entertainment Limited contre News Nation Network Private Limited. Ce billet analyse les principes évolutifs du principe « de minimis » posés par les arrêts précités.

Dans le Cas du service d’information indépendant de la télévision indienne de 2012, la Division Bench de la Haute Cour de Delhi était concernée par deux affaires jointes. Dans la première affaire, le demandeur avait allégué que les défendeurs avaient utilisé la première ligne de la chanson populaire de Bollywood « Kajra Re Kajra Re » dans une publicité diffusée lors d’une émission de télévision. Dans l’autre cas, lors d’une émission de chat intitulée « India Beats », une chanteuse en herbe a chanté neuf strophes de neuf chansons qui l’avaient rendue célèbre. Dans ces deux cas, les demandeurs ont affirmé que les défendeurs avaient violé leur droit d’auteur sur les enregistrements sonores.

Les deux affaires jointes mentionnées ci-dessus ont d’abord été portées devant le juge unique de la Haute Cour de Delhi, qui – sans approfondir le principe de « de minimis » – a estimé que c’est uniquement l’article 52 de la loi indienne sur le droit d’auteur de 1957 qui privilégie l’utilisation d’œuvres protégeables par toute personne sans autorisation expresse de l’auteur et que cette section n’inclut pas les œuvres protégeables dérivées. Le juge unique a estimé que toute appropriation par les défendeurs, même infime, de l’enregistrement sonore du demandeur constituerait une violation du droit d’auteur du demandeur et a procédé à l’émission d’une injonction interdisant aux défendeurs de reproduire les enregistrements sonores concernés. Ainsi, le juge unique n’a pas approfondi le principe de « de minimis » revendiqué par les défendeurs.

Les défendeurs ont fait appel de la décision devant le banc de division de la Haute Cour de Delhi contre la décision du juge unique contre l’ordonnance commune rendue dans les deux affaires. Le banc de division a établi les cinq facteurs suivants pour déterminer la défense de « de minimis »:

  1. La taille et le type de préjudice ;
  2. le coût de l’adjudication;
  3. Le but de l’obligation légale violée ;
  4. L’effet sur les droits légaux des tiers ; autre
  5. L’intention du malfaiteur.

Appliquant les principes ci-dessus aux faits en question, la Division Bench a estimé que le préjudice en première instance était l’utilisation de seulement cinq mots d’une chanson de cinq strophes, utilisés dans une publicité de sensibilisation des consommateurs et non pour des gains financiers personnels. En outre, dans la deuxième affaire, le tribunal a estimé que le chat show en question avait duré 45 minutes, sur lesquelles le chanteur n’avait chanté, à différents moments du show, que neuf chansons et que le temps total consommé par le chant était inférieur à 10 minutes. Le tribunal a également noté que l’intention des défendeurs était uniquement d’informer les téléspectateurs de la manière dont la chanteuse en herbe a été introduite dans l’industrie de la musique et des étapes qu’elle a franchies au cours de sa carrière. Dans les deux cas, le banc de la division a estimé que l’infraction du défendeur était insignifiante et attirait la défense de «de minimis».

Plus tôt cette année, la Haute Cour de Bombay à Shemaroo Entertainment Limited contre News Nation Network Private Limited à nouveau traité du principe de l’applicabilité de « de minimis » à une question de propriété intellectuelle. Les faits de fond étaient les suivants : en 2019, un accord a été signé entre les parties en vertu duquel le demandeur a accordé une licence non exclusive au défendeur pour diffuser et exploiter son catalogue d’œuvres cinématographiques sur la chaîne d’information du défendeur. Ainsi, en 2020, la défenderesse a fait part de son incapacité à poursuivre ladite licence et l’accord a été résilié. Cependant, malgré cette résiliation, la défenderesse a diffusé le catalogue d’œuvres cinématographiques de la demanderesse sur sa chaîne. Outre le fait qu’une telle utilisation des œuvres cinématographiques, à des fins de reportage sur l’actualité, relève de l’usage loyal et relève donc d’une exception à la violation du droit d’auteur, la défenderesse a également soulevé, à titre subsidiaire, l’exception tirée du principe de  » de minimis» et s’est appuyée à cet égard sur l’arrêt rendu dans la Service d’information indépendant de la télévision indienne cas évoqué ci-dessus.

Le juge unique de la Haute Cour de Bombay a examiné le jugement ci-dessus et a développé l’aspect qualitatif de la défense de « de minimis ». Le tribunal a estimé que ce n’est pas seulement la durée d’exploitation qui importe, mais l’élément qualitatif, c’est-à-dire le but de l’utilisation de l’œuvre protégée par le droit d’auteur, est également crucial pour décider si le principe de « de minimis » sera applicable ou non. Le tribunal a déclaré que l’examen ne pouvait être réduit à un simple test quantitatif des minutes et des secondes en dehors de l’aspect qualitatif.

En outre, la Haute Cour de Bombay a noté que ce n’était pas le cas du défendeur que la nature de l’exploitation du contenu avait changé pendant la durée de l’accord de licence et après la résiliation de celui-ci. Le tribunal a noté que le défendeur était engagé dans une entreprise où la publicité constitue la principale source de revenus et qu’il incombait au défendeur de démontrer que le contenu n’était utilisé qu’à des fins de reportage d’événements et d’affaires d’actualité, mais aucune preuve de ce type. a été présenté par le prévenu. Au lieu de cela, le demandeur a été en mesure de démontrer que le contenu était utilisé dans des programmes qui n’étaient pas de la nature des reportages sur des événements d’actualité.

Sur la base de ce qui précède et compte tenu de la nature similaire de l’utilisation du contenu par les défendeurs dans le cadre du régime de licence antérieur, la Haute Cour de Bombay a conclu qu’une telle utilisation des œuvres du demandeur ne constituerait pas une utilisation équitable et qu’une telle utilisation du contenu ne peut pas non plus être tolérée sur la base du principe « de minimis ».

Après analyse des deux arrêts susmentionnés, il apparaît que si la Haute Cour de Delhi a énoncé les facteurs sur lesquels le principe « de minimis » devrait être appliqué, la Haute Cour de Bombay est allée plus loin et a souligné l’importance de l’élément qualitatif , en plus de l’élément quantitatif, lorsqu’il s’agit de la défense de « de minimis ». Comme il ressort de la discussion ci-dessus, la jurisprudence relative au principe « de minimis » continue d’évoluer. De l’avis des auteurs de cet article, on peut conclure que les cas de cette nature ne peuvent pas être examinés à travers une lentille étroite et qu’un seul ensemble de facteurs ne peut pas être appliqué chaque fois qu’une défense de « de minimis » est soulevée par le défendeur ; au lieu de cela, l’analyse à cet égard dépendra largement des faits de chaque affaire.

« Les opinions des auteurs dans cet article sont personnelles et ne constituent pas un avis juridique / professionnel de Khaitan & Co. Pour toute autre question ou suivi, veuillez nous contacter à editors@khaitanco.com.

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accept
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
rnib.fr Photo de la page Dispositions légales

Politique de confidentialité:

Contenu embarqué à partir de sites tiers:

Les posts de ce site sont susceptibles d'enfermer des informations constituées (par exemple des vidéos, images, papiers…). Le contenu emporté depuis d’autres sites se compose de façon comparable que si le visiteur fréquentait cet autre site.Ces sites internet ont la possibilité de collecter des datas au sujet de vous, user des cookies, embarquer des moteurs de suivis extérieurs, conserver vos interventions avec ces datas prises si vous disposez d'un compte relié sur leur site web.

Cookies:

Lorsque vous déposez un texte sur ce site, vous devrez enregistrer votre nom, e-mail et site dans des cookies. Ce sera uniquement avec pour objectif de votre facilité d'utilisation afin de ne pas devoir à saisir ces données si vous enregistrez un nouveau texte ultérieurement. Ces cookies expirent au terme d’un an.Dans les cas où vous visitez la partie de l'enregistrement, un cookie temporaire va se activé pour diagnostiquer si votre terminal accepte les cookies. Cela ne contient pas de datas privées et sera ôté obligatoirement à la fermeture votre programme de navigation.Quand vous accédez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour identifier vos données de connexion et vos options d’écran. L'espérance de vie d’un cookie de connexion est de moins de 3 jours, celle d’un cookie de navigation est de l'ordre de l'année. Au cas où vous cochez « Se souvenir de moi », le cookie de connexion sera pérennisé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre espace personnel, le cookie de login sera radié.En modifiant ou si vous diffusez une publication, un cookie de plus sera établi dans votre browser. Ce cookie n'est constitué d'aucune identification secrète. Il signifie simplement l’ID de l'article que vous venez de corriger. Il expire au bout de quelques heures.

Les droits que vous avez sur vos données:

Dans les cas où vous détenez un espace personnel ou si vous avez écrit des textes sur le site, vous avez la possibilité de réclamer à décrocher un fichier enfermant toutes les données privatives que nous détenons à propos de vous, comprenant celles que vous nous avez communiquées. Vous avez le droit également de demander la suppression des informations privatives vous concernant. Cette procédure ne prend pas en compte les données sauvegardées à des fins de gestion, légales ou afin de sécurité.

Les contenus:

Lorsque vous envoyez des photos sur le site, nous vous conseillons de vous abstenir de téléverser des icônes introduisant des tags EXIF de coordonnées GPS. Les personnes explorant ce site ont la possibilité de télécharger des datas de détection à partir de ces médias.

Durées de mémorisation de vos données:

Lorsque vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont retenus éternellement. Ce process suppose de diagnostiquer et acquiescer mécaniquement les textes suivants plutôt que de les transmettre dans la liste du modérateur.Dans les cas où les espaces personnels qui s’identifient sur le site (au cas où), nous stockons pareillement les datas individuelles exposées dans leur page personnel. Tous les espaces individuels savent voir, modifier ou supprimer leurs données privatives à tout moment. Les responsables du site savent aussi intervenir sur ces données.

Déposer des commentaires sur ce site:

Lorsque vous écrivez un commentaire sur ce site, les informations reproduites à l'intérieur du formulaire visible sur l'écran, mais aussi votre adresse IP et l'information utilisateur de votre logiciel de navigation sont mémorisés avec pour objectif de nous aider à repérer des textes interdits.

CGU normalisées à la RGPD

Divulgation de vos données personnelles:

Tous textes des utilisateurs pourront être authentifiés au moyen d'un travail robotisé de découverte des commentaires indésirables.

Maniement et cession de vos informations individuelles:

Si vous demandez une désactivation de votre password, votre IP sera comprise dans l’e-mail de purge.

Save settings
Cookies settings